Nouvelle structure en bois.

Il me fallait une structure pour soutenir mes actinidias. J’ai opté pour du bois, aussitôt dit, aussitôt fait, la fabrication étant simplissime. La nouvelle arche est implantée aux pieds des plants de kiwis le long de la haie de laurier-palme, protégée des vents dominants.

Nous en avons profité pour tailler la haie après l’installation de la structure (la charrue avant les bœufs!) et ensuite traité le bois à l’huile de lin.

Et si d’aventure les actinidias ne trouvaient pas leur bonheur chez moi, la solution de rechange est toute trouvée : 2 beaux rosiers grimpants!

En attendant, exceptionnellement pour cet été, je vais faire courir sur le bois (vu la petite taille des plants de kiwis) 2 plants de  courge slaoui.

Je vous dis à bientôt!

 

Publicités

Quel est cet arbuste?

Me voilà de retour sur le blog, contente de vous retrouver, après de bonnes vacances dans le sud de la France:)), cette coupure était absolument nécessaire.

***

L’année dernière, j’avais acheté ce petit arbuste sans étiquette, en grande surface, croyant avoir mis la main sur une variété de choisya.

En regardant de plus près, à la maison, j’ai réalisé mon erreur…la honte!!

Me voilà bien perplexe, quoi en faire? Ne connaissant pas ses besoins ni sa taille à maturité, je l’ai abandonné dans un coin du jardin, sans soin bien sûr.

Comme il a résisté à la canicule de l’été dernier, à l’hiver et qu’il fleurit, je veux lui donner sa chance et le mettre enfin en pleine terre.

Est-ce qu’une âme charitable pourrait m’aider à l’identifier. Merci d’avance.

Excellente 1er mai à tous!

Carnet rose

Il y a deux jours, dans cet article, je vous parlais de ma merveilleuse découverte, un petit rouge-gorge qui avait élu domicile dans mon vieux cabanon pour y couver ses œufs.

Quelle ne fut ma surprise de trouver, deux jours après, deux oisillons dans le nid, le bec grand ouvert pour la pitance. Déjà!!

La maman était sans doute partie au ravitaillement.

Ne sont-ils pas mignons?

Bon dimanche, à bientôt pour la suite!

1ère rose 2019

Le rosier Pierre de Ronsard est le 1er rosier à s’épanouir en ce printemps 2019.

Les pétales vont s’éclaircir au fur et à mesure de leur épanouissement.

Ce rosier opulent ne fait pas toujours l’unanimité, personnellement je l’aime bien et je l’associe systématiquement à la Touraine, région historique où vécut une partie de sa vie le célèbre poète Ronsard.

Il provient d’un vieux jardin. Nous l’avons dessouché sans ménagement pour le replanter chez nous, à l’avant de la maison où il aura la rambarde de l’entrée pour grimper.

La 1ère année fut très dure pour lui, c’est simple il a souffert de toutes les maladies possibles des rosiers. Ce printemps, il semble s’être requinqué et se montre pressé d’étaler sa magnificence!
Dommage qu’il n’ait aucun parfum!

D’autres boutons dodus se préparent à éclore.

Bon week-end!

Le petit oiseau du cabanon

Cela se passe à l’arrière de la maison, dans le cabanon dans lequel nous entreposons le terreau, quelques outils et ma brouette bleue (détail super important!).

A l’intérieur, tout de suite à droite, sur l’espèce de pilier qui repose sur le parpaing…

…à l’intersection des traverses en bois, il y a un petit tas de brindilles, de feuilles sèches, de mousse.

De plus près, on remarque l’hôte des lieux, dans son nid douillet.

Mme rouge-gorge couve tranquillement ses petits œufs, je me suis excusée de la déranger en prenant des photos, tout étonnée et émue de la trouver là!

Je suis ravie de cette découverte!

Bon vendredi, à très vite!